Feeërieën 2019

26 - 30 Août

Partager Tweet

Feeërieën 2019 : bienvenue dans notre ‘cabinet de curiosités’ musical extérieur

Bienvenue à la 16e édition (déjà !) de notre festival féérique outdoor des Feeërieën ! Nous sommes fiers de vous ouvrir une nouvelle fois les portes de notre cabinet de curiosités musical. Venez découvrir à quel point il bruisse et bourgeonne, émeut et étonne, connecte et décloisonne. Quel festival vous propose, sur une même affiche, du footwork hyperactif de Chicago, du disco-funk survitaminé de Somalie, du psychédélisme turc, une voix de soprano à couper le souffle, une artiste éthiopienne qui vous initie à la « harpe du roi David », un chœur masculin qui rappelle Kurt Weill et de la profonde poésie afro-américaine ? Les Feeërieën !

Les Feeërieën partagent aussi volontiers leur ouverture sur le monde. Et vous pouvez nous prendre au mot : nous accueillons non seulement des artistes du monde anglo-saxon, mais aussi du Moyen-Orient (Égypte et Liban) et d’Afrique (Somalie et Éthiopie). Sous l’intitulé « Somali Night Fever », nous vous embarquons pour un voyage dans le temps. Destination : la capitale somalienne Mogadishu des années 1970-80. Ce faisant, nous réservons un rôle de premier plan à Dur Dur Band. Ce groupe disco-funk a fui le pays au début des années 90 suite à la guerre civile, mais a récemment été refondé à Londres.

Fait remarquable : les Feeërieën présentent cette année de nombreuses premières belges. Nérija – l’énorme alliance jazz londonienne, composée de membres de KOKOROKO, Maisha, SEED Ensemble et de Nubya Garcia – se produira ainsi pour la première fois en Belgique. Le premier opus de la formation paraîtra sur Domino Recording, qui héberge notamment Arctic Monkeys et Jon Hopkins. L’artiste turque établie à Berlin Derya Yildirim piochera, elle aussi, dans de nouvelles compos. Elle vient de sortir son premier opus Kar Yağar (« tombe la neige »). Avec son groupe Grup Şimşek, elle nous sert une pop psyché anatolienne délicieusement hypnotique. Quant à l’activiste afro-américaine Tenesha The Wordmsith – connue de son travail avec Khalab qui, en 2018, nous a offert le magistral Black Noise 2084 – elle présentera son premier et poignant album Peacocks and Other Savage Beasts.

Ce qui n’existe pas, il faut le créer ! C’est pourquoi l’AB propose cette année deux commandes spéciales. Début 2019, nous avons été fort impressionnés par la soprano Astrid Stockman et sa coopération avec Innerwoud. Leur composition épique « Elegy IV » nous a même rappelé le sublime « Distant Sky » de Skeleton Tree (Nick Cave). Nous leur avons aussitôt demandé d’enrichir cette collaboration et de plancher sur de nouvelles compositions. Les Feeërieën vont encore plus loin avec Maurice Louca, musicien et compositeur né au Caire. Pilier incontestable de la scène égyptienne expérimentale, Louca résidera quelques jours à l’AB afin d’y enregistrer un nouvel album, pour lequel il s’allie au collectif libanais “A” Trio – soit l’un des plus « vieux » ensembles d’improvisation du monde arabe. Le public pourra admirer ce projet aux Feeërieën, ainsi qu’à la prestigieuse ICA (Institute of Contemporary Art) de Londres.

Enfin, nous sommes fiers de nous associer à Kode9, Scratcha DVA & Lady Lykez et DJ Taye pour souffler les 15 bougies du superbe label electronica/dance Hyperdub, qui révéla Burial !

Ou pour citer Funkadelic : « Open Your Mind... and Your Ass Will Follow! »

Suivre Feeërieën 2019

Ne manquez pas une seule update Feeërieën 2019 et découvrez le festival via:

Facebook pagina Instagram