Les moments forts de The Great Escape Brighton 2018

Une vague de nouveaux talents a déferlé sur Brighton le week-end dernier. La ville anglaise recevait le festival The Great Escape. L’AB dresse la liste des moments forts de ces trois jours.

Idles
Un punk anglais délicieusement brut de fonderie. L’énergie circulait sans peine entre la scène et le public.


 
 

Novelist
« The new face of grime » a prouvé qu’il méritait bien son surnom. Et le public, qui rappait à gogo, avait visiblement appris par cœur son album. Un live show formidable !


 

Poppy Ajudha
Une superbe chanteuse jazz et néo-soul, flanquée d’un groupe impressionnant. Elle s’est révélée à la hauteur des espérances et a fasciné la foule du début à la fin.


 
 

Gaika
Gaika signe une electronica sombre et expérimentale, qui frôle le hip-hop, le dancehall, le R&B et le dub.


 

Sassy 009
Trois amies d’Oslo qui combinent des beats électro délicieusement dingos avec une flûte traversière… et ça marche !


 
 

Octavian
Un rappeur à surveiller de (très) près. Son sound unique, distinctif, oscille entre la trap et le grime.


 
 

Stella Donnelly
Cette musicienne australienne compose une musique folk fabuleuse et féministe.


 
 

Say Sue Me
Petit détour par la Corée du Sud pour un surf rock mâtiné de jangle pop.


 
 

Ghetts
Il ne figurait pas à l’affiche. Le surprise act du samedi soir nous a servi un live set sans concession, aux raps bruts et aux beats revêches.


 
 

Le Motel
Le beatmaker belge de Roméo Elvis combine du footwork, du hip-hop, de la techno, du jazz et de la musique ethnique des quatre coins de la planète. Également très efficace en solo !


 

Enfin, cette liste ne serait pas complète sans Gus Dapperton, Lydmor, Sorry et Denzel Himself.

Autres actualités