Une entreprise éco-dynamique

 

L’AB aime la musique et notre planète. La durabilité est un facteur déterminant dans toutes nos décisions. En stimulant également les choix respectueux de l’environnement de nos artistes, de nos collaborateurs, de notre public, de nos partenaires commerciaux et de nos fournisseurs, nous souhaitons réduire notre empreinte écologique de 5 % tous les 2 ans. Qu’il s’agisse de produits de saison et biologiques dans la cuisine, de gobelets réutilisables dans la salle aux abeilles sur notre toit : l’AB espère contribuer à une meilleure ville de Bruxelles, à une meilleure Europe et à un monde plus vivable afin que les générations suivantes puissent également profiter d’une soirée de concert magique à l’AB. 


L’Ancienne Belgique est une nouvelle fois reconnue « entreprise écodynamique » par Bruxelles Environnement. Tout comme en 2014, nous avons reçu le score maximal de 3 étoiles, ce qui signifie que les mesures de durabilité que nous mettons en œuvre au niveau organisationnel portent leurs fruits.


Mobilité

Il ressort de l’enquête quinquennale réalisée en 2017 auprès du public que les mesures, prises par l’AB dans le domaine de la mobilité, produisent leurs effets. Depuis 2007, la part de transports individuels (côté visiteurs) a baissé de 21 % pour atteindre les 50 %. Ce résultat transforme nos collaborations uniques avec la STIB, la SNCB et les futurs partenaires en autant d’exemples de mobilité durable.


Alimentation

L’AB Café & Resto privilégie désormais les produits locaux et de saison d’origine biologique, cultivés sur une terre saine. Ce qui fut d’abord limité aux Jeudis Végé, s’est transformé en un large choix permanent de plats végétariens. Par ailleurs, nous avons définitivement supprimé la viande rouge et le thon de notre menu. Ce que nous mangeons a un énorme impact sur l’environnement : d’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’élevage mondial est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, soit autant que le secteur des transports. Un quart de la consommation d’eau mondiale va à la fabrication de produits animaux.
En coulisse, nous cuisinons chaque jour des produits frais à la demande des artistes. Notre cuisine légendaire, célébrée partout dans le monde, met l’accent sur la durabilité en recourant autant que possible à des produits biologiques et équitables. Le traitement des résidus fait également partie de nos priorités : ainsi, nous servons de petites portions, nous cuisinons avec des aliments récupérés et nous donnons les déchets biodégradables à nos poules urbaines (sur le toit).
En matière de boissons, nous recourons à des gobelets réutilisables (en 2002, l’AB était l’une des premières organisations à les utiliser), à un système post-mix pour les sodas (mélange d’eau du robinet et de sirop, ce qui permet d’éviter des tonnes de déchets PMC et d’émissions liées au transport) et au système de rinçage Aquafox pour les bars. Notre offre inclut des boissons biologiques/équitables et une bière bruxelloise, qui change régulièrement.
Lors de Boterhammen in het Park et Feeërieën, nos festivals d’été annuels, nos chefs ont servi des plats 100 % végétariens, et ce tant en coulisse que sur le terrain du festival. Afin de supprimer définitivement les bouteilles en PET, nous avons investi avec 9 autres festivals belges dans le projet « De Leiding » pour l’achat de tireuses à eau et de bouteilles Dopper.


Énergie

Niveau infrastructure, l’AB s’associe au propriétaire FoCI (le fonds pour l’infrastructure culturelle du gouvernement flamand, département Culture) pour investir considérablement dans le bâtiment célèbre et très fréquenté, sis au n° 10 du boulevard Anspach. En 2018, nous avons accueilli quelque 320 000 visiteurs (payants). Cela signifie que l’immeuble est utilisé de façon très intensive et que les accalmies sont rares. L’entretien et le nettoyage du bâtiment répondent aux critères les plus durables : nous nettoyons sans eau et avec des produits biologiques plutôt que chimiques. En matière d’entretien, nous cherchons à réparer et à rénover/reconditionner autant que possible, en utilisant notamment de la peinture d’origine biologique. Le réaménagement des loges et des bureaux repose sur les principes de l’économie circulaire, selon lesquels le mobilier/matériel (déchets) à éliminer sert de base à la création de nouveaux produits. Dans ces cas, notre objectif est de réaliser au moins 75 % de reconditionnements.

Outre un audit énergétique annuel, effectué par l’entreprise d’entretien interne, le propriétaire procède également à des études de faisabilité sur les énergies renouvelables, ce qui a conduit par le passé à la rénovation de la chaufferie (à impact direct ; installation d’un système de cogénération, mise en œuvre d’un système de récupération des eaux pluviales pour l’alimentation des sanitaires publics, installation d’une toiture verte à côté des ruches). Nous examinons à présent s’il est faisable (en termes d’investissement, de délai d’amortissement et de production d’énergie) d’installer des cellules photovoltaïques (panneaux solaires) sur le toit de l’AB.

Par ailleurs, l’AB utilise une énergie 100 % verte et suit ses consommations d’eau, de gaz et d’électricité de très près par un vaste système de télémétrie. Nous examinons aussi le moyen de renouveler l’éclairage architectural de l’immeuble (l’éclairage des concerts passe déjà à pratiquement 100 % par des ampoules LED durables) et installons des détecteurs de mouvement à la place des interrupteurs pour éviter de laisser les lumières allumées inutilement.


Organisation

La mobilité de nos collaborateurs figure parmi nos priorités. Ainsi, l’AB ne possède qu’une seule voiture, dédiée au transport des artistes. Nous analysons régulièrement les moyens de transport utilisés par nos collaborateurs et cherchons à encourager les déplacements en transports publics et à vélo. Nous mettons un vélo à remorque à la disposition de nos collègues qui souhaitent faire leurs courses à Bruxelles. Grâce au fonctionnement interne, les collaborateurs de l’AB disposent tous de la flexibilité nécessaire pour travailler à domicile, ce qui a l’avantage d’éviter un aller-retour à Bruxelles.
Par ailleurs, nous cherchons aussi à « durabiliser » certaines tâches évidentes, comme le nettoyage où nous sommes passés de produits de nettoyage écologiques (mais aux détergents chimiques) à des produits au pH neutre à base d’enzymes (probiotiques), en accordant une attention particulière à l’environnement et en utilisant un minimum d’eau. Nous trions aussi tous nos déchets, en instaurant des sous-divisions supplémentaires pour les films plastiques et en cherchant à réduire au minimum la part de déchets résiduels. Les vieux appareils et objets électroniques sont proposés gratuitement aux organisations culturelles en région bruxelloise par des systèmes de partage, et à des particuliers par les réseaux sociaux. Cela nous permet d’économiser plusieurs conteneurs de déchets par an.
Enfin, outre l’obtention du label d’entreprise écodynamique, nous avons un objectif bien à nous qui consiste à réduire notre empreinte écologique de 5 % tous les 2 ans. À cet effet, nous calculons notre empreinte tous les 2 ans et la comparons avec des données historiques.


AB espère que de telles initiatives écologiques et durables inspireront le secteur, le public, les artistes et les équipes, les fournisseurs et les sous-traitants et, par extension, tout Bruxelles, à faire juste un petit peu plus